Sessile : la chaussure « Made in France » responsable

 Sessile : la chaussure « Made in France » responsable

Sneakers Sessile par Manufacture 49

L’industrie française a perdu beaucoup de terrain ces dernières décennies. Mais les compétences des artisans de l’Hexagone sont loin d’être médiocres.
À la vérité, le savoir-faire de nos experts, notamment dans les métiers de l’habillement et de la chaussure, est exceptionnel.
Fort heureusement, certains entrepreneurs le savent et tentent de rendre leurs lettres de noblesse à nos industries.


C’est le cas de la marque Sessile qui, en plus de produire éco-responsable, met à contribution les compétences des artisans du Maine-et-Loire.

Focus sur une entreprise qui célèbre 3 valeurs clefs dont le « Made in France »

La genèse du projet

La Manufacture 49 est une usine de longue date. Employée entre autre dans la production d’Éram, l’expérience de ces spécialistes s’est construite pendant des années.
Mais une prise de conscience a mené les équipes de cette fabrique de Montjean-sur-Loire à prendre une nouvelle direction.
En effet, non contents de produire pour d’autres maisons sans contrôle direct sur leur empreinte carbone, les experts de l’usine ont décidé de créer leur propre marque.
De cette initiative est née la très novatrice « Sessile » : la chaussure de ville vous aidant à marcher « dans le bon sens ».

« Dans le bon sens » : une conception novatrice

Capitalisant sur l’idée d’une sneakers « éco-conçue », Sessile s’engage dans la construction de la mode de demain : plus responsable, plus durable et moins polluante.
Si la réalisation des tendances peut se vouloir plus responsable dans le temps en choisissant de faire travailler nos compatriotes avec des matières recyclées et recyclables, rendre la fabrication moins polluante est plus difficile.
Comment Sessile réussit-elle ce tour de force ? Une seule solution : des méthodes innovantes.

Une formidable réparabilité

La première de ces méthodes tient en une conception originale, autorisant de multiples réparations au cour du cycle de vie de la chaussure.
Cette conception prépare la chaussure lors de sa fabrication à pouvoir être démontée plus tard.
Cette méthode unique, en cours de brevetage, donne plusieurs vies à la sneakers.
L’heureux possesseur éco-responsable d’une paire de Sessile peut donc renvoyer celle-ci à la fabrique, lorsque qu’elle n’est plus utilisable.
Une fois débactérisée et rénovée, la chaussure pourra être réattribuée à un autre citoyen souhaitant consommer de façon plus écologique.

Aux bons matériaux les bonnes méthodes

Par ailleurs, lorsque la magie ne fait plus effet et que les éléments de la chaussure ne sont plus ré-exploitables après reconditionnement, Sessile offre à celle-ci de se réincarner.
L’usine démonte alors une dernière fois sa création afin de séparer les lacets en coton bio de la semelle constituée de caoutchouc recyclé à 70 %.
Elle met de côté le cuir de la sneakers, conçu à partir des déchets de l’industrie agroalimentaire qu’elle tanne sans chrome et sans tanins végétaux.
Le tout est envoyé à un partenaire de l’usine afin d’être refondu et soumis à d’autres utilisations.

Des méthodes et des matériaux responsables mais qui ne sacrifient pas la qualité

Si Sessile fait le pari d’une sneakers à l’impact carbone 3 fois moins important qu’une chaussure normale, ce n’est pas au prix de la qualité de ses produits.
En effet, unisexe et disponible en 4 modèles, ce soulier produit avec 100 % d’énergies renouvelables présente un confort à la hauteur des attentes du consommateur exigeant.
Par ailleurs, sa durée de vie avant reconditionnement est très honorable, pour à un prix tout à fait abordable (entre 109 et 129 euros la paire pour une livraison offerte sur toute la France).

Quand « Made in France » rime avec « transparence »

C’est d’ailleurs en cela que réside une des grandes forces de Sessile : la justification d’un prix transparent.
Sa responsabilité ne se limite pas au monde qu’elle laissera aux générations de demain, elle porte aussi sur l’intégrité qu’elle revêt dans le monde d’aujourd’hui.
En effet, en expliquant sans détour les raisons du prix de sa chaussure, Sessile se veut transparente.
En l’occurrence, sur les 129 euros en moyenne de sa création, elle décline ses coûts, et donc la marge qu’il lui reste, de la façon suivante :

  • 27 euros pour les matières premières
  • 19 euros pour les plateformes de commercialisation
  • 10 euros en recherches et développement
  • 10 euros pour l’expédition des les retours de produit
  • 42 euros pour la main d’œuvre

Cette main d’œuvre, justement, qu’elle emploie, Sessile la trouve dans sa fabrique de Maine-et-Loire. En prenant pour motto « Made in France », elle a décidé de faire vivre ses compatriotes, plutôt que de faire survivre des mains d’œuvre exploitées à moindre éthique ailleurs.
La marque éco-responsable semble ainsi réussir à définir le juste prix du marché en déterminant un prix juste.
Mais comment s’y est-elle prise ?

Témoignage de Jean-Olivier Michaux de la Manufacture 49

Un succès fulgurant pour un engagement tenu

Pour innover, il a fallu faire preuve d’ingéniosité. Cette créativité s’est retrouvée au fondement même de la démarche de Sessile, lorsque la marque a choisi, dès le début, d’exposer son projet sur la plateforme Ulule.
Les valeurs d’éco-conception, de conception française et de réparabilité ont été au cœur de sa campagne tant et si bien que les internautes ont rapidement adhéré au projet.
Initiée le 6 Septembre 2019, la campagne de financement participatif aura totalisé en quelques mois seulement 501 pré-commandes contre les 200 nécessaires, prévues à l’origine pour rendre le projet réalisable.
Une fantastique nouvelle pour les équipes de l’usine qui ont déjà lancé la production et qui prévoient même d’aborder la prochaine étape de l’aventure avec le département recherche et développement : une paire de chaussures de ville entièrement recyclable !
Mais jusqu’où iront-ils ?

Fabuleuse French Fabrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *